• Accueil

    [Il est un génocide quotidien, permanent, silencieux, sans nom… celui de l'indifférence.

    L'indifférence de la foule qui, sortant du métro, enjambe le corps gisant à terre, dans le froid, la poussière, la saleté… d'un "SDF" et dont personne ne se demande s'il est déjà mort ou s'il est seulement (encore ?) en train de… crever. L'indifférence du voisinage qui ne s'incommode de la "disparition" de la petite vieille ou du petit vieux du troisième que le jour où la puanteur du cadavre en décomposition devient… insupportable. L'indifférence des militant(e)s d'un syndicat, d'une asso, d'une orga… qui oublient la sœur, le frère, le-la camarade, le-la collègue… qui, sans crier gare, a cessé de militer parce qu'il-elle est malade, agonisant(e), crevé(e), entaulé(e)… L'indifférence des intoxiqué(e)s de la TV , des hypermarchés, du PMU et du loto, du cirque politicard… qui pleurent sur les déboires conjugaux d'un(e) aristo que l'Histoire, hélas, a oublié d'accrocher à la lanterne et qui restent muet(te)s à l'annonce de la mort de canicule (?!?), au pas de leur porte, de plus de 15 000 vielles et vieux.

    L'indifférence est le meurtre ordinaire de la lâcheté. Elle couvre de son silence et de son aveuglement la mort quotidienne de centaines de personnes. L'indifférence est la négation absolue de l'Autre. Jusque dans sa mort :

    "L'indifférence est la rançon de la distraction. À force de s'intéresser vaguement à tout pour échapper au vide, on ne s'intéresse plus à rien, ni à personne, on ne prend plus rien à coeur. Les départs ne sont plus des morts, les retours ne sont plus des résurrections. Tout est acquis, tout s'équivaut, la mort, celle de l'autre, n'existe plus". (Jacques Dufresne, "Après l'homme... le cyborg ?").

    L'indifférence, c'est… l'"invisibilisation" de l'Autre. Or, sans le regard-miroir de l'Autre je ne puis être vraiment car mon humanité n'est réellement que pour autant qu'elle est reconnue et respectée par l'Autre.

    Dans le silence… le génocide qui est aussi l'… egocide de l'indifférent(e).

    Anar JC le mécréant]

     Accueil

  • Encore un lèche cul des socialistes rouennais pour stationner sans bourse déliée.Grrrrrrrrr

    Encore un lèche cul des socialistes rouennais pour stationner sans bourse déliée.Grrrrrrrrr


    votre commentaire
  • Mr Kader Chékhémani en me répondant que le propriétaire de la pizza c'est installé comme ça,,vous prenez Colombo pour un con?bientôt je vais vous prouvez le contraire.Au lieu de distribuer les tracts de Mme Valérie Fourneyron sur vos heures de boulot payées grassement par le contribuable rouennais je suis dégoûté.


    votre commentaire
  • Rue de la chaîne depuis des mois


    votre commentaire
  • Charles en plein boulot

    Negrita dans son plateau


    votre commentaire
  •  

     Rue de la république 15h 

     

    Rue du petit mouton

     

    Rue du petit mouton servant de parking gratuit

     

    rue du petit mouton

    rue de la république.Ou il y a de la gène pas de plaisir et pas de PV

    Comme chez eux?

    Mr Kader depuis des mois ,et pourtant vous passez ici tous les jours.

     


    votre commentaire
  • Pas le courage de nettoyer la corbeille ?

    Poubelle toute la journée avec ces détritus,le kebab ne connait pas les poubelles enterrées à 30m.Que font les services de la ville ou métropole ?rien..

    Chef au boulot au lieu de tourner en rond ..

     

     


    1 commentaire
  • face bar des fleurs

    rue croix de fer depuis des semaines

    rue de la chaîne depuis des mois.


    votre commentaire
  • Pour cause d'indifférence générale : lundi a été annulé.

    Courage

     

     


    votre commentaire
  • rue croix de fer

     

    rue croix de fer

     

    place des carmes face bar des fleurs

     

    rue de la république

     

    rue de la république

     

    Rue du Petit Mouton, la plus vieille maison à encorbellement de Rouen qui abritait un établissement de bains et où Simone de Beauvoir séjourna avec Sartre de 1932 à 1933.(honte a vous a qui nous avons confiés notre superbe ville.)

    Rue du Petit Mouton, la plus vieille maison à encorbellement de Rouen qui abritait un établissement de bains et où Simone de Beauvoir séjourna avec Sartre de 1932 à 1933.(honte a vous a qui nous avons confiés notre superbe ville.)

    haut rue de la république

     

    Mme Fourneyron retourne sa veste par intérêt personnel?

     

    Mr Bure vous avez mon soutien

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique